19 août 2016

Facebook et Twitter bloqués au Mali, un recul pour la démocratie

Par Julie Owono Dans Actualités, Afrique, Censure Internet

Depuis le 17 août 2016, Facebook et Twitter sont bloqués au Mali, pays enclavé d’Afrique de l’Ouest. Ce blocage fait suite à l’arrestation d’un chroniqueur radio critique du gouvernement, et à des manifestation dans le pays parfois réprimées dans le sang. Pour Internet Sans frontières, cette attaque contre les libertés en ligne des maliens est dangereuse et contreproductive. Nous appelons le gouvernement malien à rétablir l’accès des citoyens à ces réseaux sociaux, à travers lesquels des millions de citoyens maliens sont connectés à leurs proches, collègues, et parfois même clients.  

 

Facebook by Filippo Minelli - Spray paint on scrap-yard, Bamako - Mali 2008 (CC BY-NC-ND 2.0)

Facebook by Filippo Minelli – Spray paint on scrap-yard, Bamako – Mali 2008 (CC BY-NC-ND 2.0)

 

En matière de censure Internet en Afrique, les noms de pays considérés peu démocratiques sont cités (lire par exemple notre dernier rapport sur le Tchad).

 

Cette fois, le Mali, pays d’Afrique de l’Ouest où Ibrahim Boubacar Keita a été élu démocratiquement en 2013, fait la Une : le 17 août 2016, l’accès à Facebook, Twitter et Viber a été suspendu. Internet Sans Frontières a reçu de nombreux rapports de citoyens dans plusieurs endroits du pays, qui n’arrivaient pas à se connecter à ces sites internet.

 

« Dans tout le pays, Facebook, Twitter et Viber sont inaccessible », écrivait à Internet Sans Frontières Fatouma Harber, co-fondatrice de SankoréLabs.

 

Screenshot sent by Fatouma Harber via Whatsapp, August 1è, 2016

Screenshot sent by Fatouma Harber via Whatsapp, August 1è, 2016

 

Le blocage de ces réseaux sociaux fait suite à l’arrestation du chroniqueur radio ‘Ras Bath’, connu pour ses analyses critiques du régime malien, et à des semaines de manifestations contre la corruption, le cômage et la politique sécuritaire dans le Nord du pays, parfois réprimées dans le sang.

 

En tant que membre de la coalition #Keepiton, qui lutte contre les coupures et perturbations du réseau Internet, Internet Sans Frontières est préoccupé par la décision des autorités maliennes de recourir à une pratique qui prive les citoyens de leur liberté fondamentale d’expression, de manière non nécessaire et disproportionnées. Internet Sans Frontières appelle le gouvernement du Mali à rétablir l’accès total des citoyens à Facebook, Twitter et Viber, et à respecter l’état de droit en ligne, comme hors ligne.

 

Le 1er Juillet, le Conseil de Droits de l’Homme des Nations Unies a adopté une résolution (lien en anglais) dans laquelle il condamne fermement les coupures et perturbations du réseau Internet.

 

À propos du Mali :

Population: 17 millions (2015)

Utilisateurs Internet: 1,2 million (2014)

Utilisateurs Facebook : 770 000 (2015)

 

Plus d’informations sur cette information :

Mali : Facebook et Twitter suspendus après la manifestation de Bamako

 

2 Commentaires
  1. […] de l’Ouest qui compte 2 millions d’internautes, dont 1 million inscrits sur Facebook : en août 2016, le réseau social Facebook avait été inaccessible, au moment où se tenaient d’importantes manifestations contre le gouvernement. Le Mali avait […]

    Reply
  2. […] tras su detención) y la confusión en torno a si era un bloguero como nosotros —que no lo es—, las redes sociales fueron cortadas durante dos días. El hecho de que cortaran la comunicación a través de las redes sociales demuestra que nuestro […]

    Reply

Laisser un commentaire